Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

HélioTrope


Héliotrope  n'est pas qu'une boraginacée originaire d'Amérique du Sud

et qui produit en été une profusion d'inflorescence bleue, c'est aussi...

 

La  Musique  racontée  
par  Hélène  et  Lionel

  (cliquez et patientez 15 secondes pendant le chargement)


1- HELIOTROPE Février 2007

2- HELIOTROPE Mars 2007

3- HELIOTROPE Avril 2007

CONTACTS

pour toute information   : 
Hélène DELAGE , Chef de Choeur
44  rue du Creux Rouge   63000 Clermont Ferrand
h.delage@orange.fr     04 73 36 15 50  

 

Archives

16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 08:21

Saint Prix, Projet ou Priest (PROEJECTUS).

Priest est né en 628 à Gondole (63 Puy de Dôme, dans la commune du Cendre), à deux lieues de la rivière Allier. Son père Godelin et sa mère Helvedine, sont seigneurs de Gondole. Il fit ses études au monastère d’Issoire où il étudia sous la conduite de Martin, chantre de cette église et à l’école episcopale de Clermont dirigée par l’archidiacre Genés, ce dernier succeda à Gal II à l’évêché de Clermont. Genés ordonna Priest prêtre et curé de Saint Austremoine à Issoire et il lui confia la gouvernance de cette paroisse.

En 662, Félix, successeur de Saint Genés lui confia la direction du monastère des filles de Chantoin situé au Nord Est de Clermont-Ferrand, à proximité des portes de la ville sur l’ancienne voie romaine Claudius. Dans ce monastère, Dieu manifesta la sainteté de son serviteur ; il sauva la vie d’un ouvrier écrasé par l’éboulement d’une muraille. Ce fait eu un grand retentissement en Auvergne.

En 665, à la mort de l’évêque Félix, Genés, comte d’Auvergne, propose Saint Priest comme évêque. Priest fut élu d’une voix évêque de Clermont, 28e évêque après St Austremoine. Son élection fut confirmée par Childeric II roi d’Austasie qui approuva cette nomination par décret. Priest fit venir auprès de lui Evode, abbé de Manlieu, célèbre pour les conversions qu’il avait faites. Le comte Genés, gouverneur de la ville lui abandonna d’immenses richesses pour la fondation de monastères et d’asiles pour hommes et femmes à Chamalières, ainsi que pour la fondation d’hospices pour les pauvres à Royat où les malades trouvèrent des soins, des médecins et de la nourriture. Son dévouement pour les plus démunis ne l’empêcha pas de s’adonner à la prédication.

Priest fonda de nombreux monastères surtout pour les femmes (comme le couvent de bénédictines à Marsat).

Priest avait dans l’abbaye de Mozac un cousin germain appelé Godon, seigneur du château situé à Bessat, au dessus de Volvic. Godon fut aussi prieur de Volvic.

En 755, le roi Pépin le Bref, de passage en Auvergne vint à Volvic, il s’agenouilla devant les reliques du Saint. Il fit ouvrir le tombeau et partagea les reliques entre plusieurs églises et monastères.

Des miracles furent rapportés par St Gregoire de Tours : guérison d’un Paralytique et d’un prêtre malade…

Une dame d’Issoire, Claude (Claudia) fit don à Saint Priest de quelques fonds pour ses hôpitaux. Le Comte Hector de Marseille ayant séduit la fille de dame Claude, se crut lésé par l’attribution de cette donation. Priest dut se rendre à la cour de Childeric à Autun, pour se justifier devant le roi. Il en repartit combler de faveurs par le suzerain et par Vulfoad, maire du palais. Il logea à l’abbaye de Darouge où il guérit l’abbé Amarin atteint de fièvre maligne. L’abbé le suivra partout jusqu’au martyre. Priest fut innocenté par la Cour. A la demande du roi, il célébra les offices du Samedi Saint et de la messe de Pâques dans l’église St Symphorien à Autun. Hector poursuivi par la justice du roi, trouva la mort. Ses amis, Agricius, Bodon et Placide (sénateurs) jurèrent de venger Hector, ils montèrent un complot pour assassiner Priest.

En Janvier 674, de retour en Auvergne, Priest accompagné de l’abbé Amarin et d’un de ses clercs appelé Illidie vint à Volvic se réfugier dans une celle, petite demeure de quelques religieux avec un oratoire dédié à St Jean-Baptiste, construite par les religieux de Mozac.

Les sénateurs Agricius, Bodon et Placide, amis d’Hector décidèrent de commettre leur forfait. A la tête d’une troupe de satellites, ils poursuivirent Priest, Amarin et Illidie, jusqu’à sa résidence de Volvic ; les conjurés massacrèrent d’abord Amarin qu’ils prirent pour l’évêque. Radebert, saxon d’origine, plongea le poignard dans la poitrine du saint évêque qui se mit à genoux et pria pour ses bourreaux. Radebert revint et porta un coup de sabre et lui fendit la tête. Un autre satellite massacra Illidie. Cette scène se passa le 25 Janvier 674, la 46e année de son âge, la 9e année de son pontificat. Aprés sa mort, Agricius, Bodon et Placide virent trois étoiles, l’une plus brillante que les autres qui se fixa sur la maison où furent ensevelis les trois corps, vraisemblablement le prieuré bénédictin à proximité de l’église actuelle.

Le 12 Juillet 1646, les reliques de Priest, furent déplacées du maitre d’hôtel à la Chapelle axiale dite Chapelle de St Priest, sous l’espicopat de Joachim d’Estaing.

Une multitude de miracles s’opérèrent sur les tombeaux des trois Saints dès le VIIIe siècle. Devant l’affluence des fidèles, les religieux de l’abbaye de Mozac décidèrent d’agrandir la chapelle de St Jean-Baptiste. Le culte de St Priest s’étendit hors du diocèse : à Paris, dans les églises de St Sauveur et St Etienne, de Grez, en Bourgogne, en Vermendois, Picardie, Pays d’Auxois, Allemagne, Pays Bas, Angleterre…

L’Eglise a considéré Priest comme un martyre  exemplaire et l’a sanctifié. Sa fête se situe le 25 Janvier. La fête patronale est célébrée le 12 Juillet, jour de translation des reliques.

230 paroisses portent le nom de St Priest ou Prix en Europe.

 

Extrait de la vie de St Priest, évêque et martyre par B.Champagnol, curé de St Priest de Volvic.

Partager cet article

Repost 0
Published by CHOEURS ET CULTURES
commenter cet article

commentaires